Émotions sensorielles

Un peu en arrière, traverser solitaire le bois pour attraper la navette qui me conduira à la gare, au loin les clochers qui se confirment qu’il est midi, le soleil qui dégringole avec les feuilles, les frênes hésitent entre or et cuivre. Il y a quelques temps par grand vent, les derniers soupirs d’un écureuil tombé du toit – la bouillotte bricolée (petite bouteille d’eau, chaussette de Galant-homme) n’a rien changé.  Un peu en avant les contreforts de Savoie saupoudrés pour saluer l’envol de la Sœur Taupe vers le Cambodge, évocation mêlée du goût de l’herbe rao ram dans la salade de carottes râpées. Entre les deux rejoindre Pah Dom et divaguer devant les toiles de Soulages, confronter nos sensibilités, jouer, tout attentifs à ce que cela réveille en nous, ou pas, et le partager autour d’un thé.

Pauses foisonnantes dans mon brouhaha de ces temps-ci.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :