Noirceur-nuit

Au mitan de la nuit m’éveiller, grincement vénérable du mécanisme à espagnolette de la haute porte-fenêtre, rosée sous les pieds. Appel de l’effraie, familier. Le décroissant de la lune accroche un sourire penché au noir du ciel. Des nuages minces charriés par un vent léger le voilent et le dévoilent, en innombrables nuances de lumière. Cadeau de nuit, bijou de ciel, merci insomnie…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :